The second Hacker Space Festival (1/2)

À l’entrée une plaque de tôle ondulée, 6 BIS découpé accrochée sur le mur… Bâtiments, entrepôts; de grandes des portes industrielles coulissantes sur des rails de guidages, ouvertes. Odeur de chimie qui plane et empeste l’air, plus ou moins selon le sens du vent… Qui donnerai presque la nausée à force.
L’usine SANOFI-Aventis de l’autre côté des voies de chemin de fer, avec en bruit de fond, souffles des turbines, bruit de ventilation, en continu.
Des trains qui filent et arrachent l’air sans s’arrêter avec les grincements des roues, sons métalliques et des souffles.
Au loin, à droite on distingue le profil d’une bretelle d’autoroute, les véhicules semblent glisser, sans bruits, dans la perspective vers l’enfoncement!
Deux garçons arrivent avec des sacs à dos, des duvets, des sacs plastiques et des baguettes de pain à la main…

Bon! Ce soir, il fait tellement chaud! Avec cet orage qui gronde en fond et qui ne se décide pas à rafraichir un peu l’air, que je peux difficilement me décider à faire autre chose que ce travail d’écriture qui demande beaucoup d’oubli de soi, de son corps, du présent, de cet appartement – cette marmite bouillante en été!
S’oublier… Rien de tel en ce moment pour se rafraichir, c’est exactement ce qu’il me faut!

Les technologies numériques, la miniaturisation des circuits électroniques, les interconnexions réseaux effectivement ont changé, changent et changerons encore dans le futur nos comportements sociaux, économiques, notre rapport au travail, à l’autre etc. Car ce sont les moyens de faire qui sont à l’œuvre (où l’accent est porté essentiellement sur le « FAIRE », le « make », sur la pratique, le D.I.Y et l’échange de pratiques). Pour références, il n’y a qu’à chercher sur le net le nombre de bricolab, fablab, replab, hacklab (1), qui essaiment un peu partout. Nous disposons désormais d’outils extrêmements bon marché (ou de récup.) efficaces, que nous pouvons explorer, pousser à leur limites, détourner et après une pratique assidue plus ou moins longue, améliorer, transformer.
Cette forme de processus de travail et d’exploration de techniques logicielles ou matérielles ne pourrait avoir eu lieu sans une transformation de notre relation au savoir (et à ce qu’on ne sait pas encore), à l’acquisition de ce savoir ainsi qu’à sa transmission, ainsi qu’une remise en question de quelque chose de plus profond encore qui touche à la structure même de la société.
L’utopie d’aujourd’hui est le monde de demain et demi… Où…
On parle beaucoup de crise(s) financière et pas seulement… Je crois que c’est beaucoup plus important que ça, c’est la société toute entière qui rompt et casse sous son propre poids…

Dans le livre « L’Éthique hacker » de Pekka Himanen publié en 2001, l’auteur met en exergue ce qui différencie et fait la force du « hacker » compris dans le sens de bidouilleur passionné, ayant le sens de la coopération et de de l’échange. Il retourne également le concept de travail sur lui-même (dans le sens traditionnel de souffrance et d’enchaînement, de but en soi). Le travail devient le moyen de l’action et de l’exécution, une conception essentiellement tournée vers le plaisir d’une « praxis » (2) avec en ligne de fond, l’autorité fondée sur les résultats (admiration pour celui qui réussi à réaliser et à dépasser…)

http://freej.dyne.org/

Freevj Open Source Vjing Framework

Freevj Open Source Vjing Framework

Note : JNM : http://www.oswash.org/

(1) http://www.bricolabs.net/ http://dyne.org/ http://www.tmplab.org/ etc.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Praxis

2 Responses to “The second Hacker Space Festival (1/2)”

  1. Hacker Space Festival: Book2009 Says:

    [...] http://numuscus.pascsaq.org/?p=59 [...]

  2. Hacker Space Festival: Blogs, Press, Photos & Videos Says:

    [...] Gustin partage ses impressions sur The Second Hacker Space Festival (et la deuxième partie) help | terms of service | privacy | report a bug | flag [...]